Fermes pilotes

Expériences pratiques d’élevages de porcs qui ont arrêté la coupe de la queue

Le manque d’expériences positives d’élevages qui ne pratiquent pas la coupe de la queue rend les éleveurs, les techniciens et les vétérinaires sceptiques quant à la mise en œuvre de ces mesures en élevages commerciaux.

Nous pensons que l’échange et les rapports de suivis d’élevages qui ont pris la décision de d’arrêter la coupe de la queue en routine pourrait être une source d’inspiration pour d’autres éleveurs.

Projet financé par l'opération 01.02.01 de Transfert Technologique du Programme de Développement Rural de Catalogne 2014-2020

   

Ces dernières années, il y a une pression politique croissante pour l’arrêt de la coupe de la queue en routine dans les élevages porcins (stipulée dans la directive 2008/120 / CE). Depuis 2016, l'intérêt de l'UE pour que la mise en œuvre du règlement soit efficace s'est accru et des audits ont été réalisés. Actuellement, dans l'UE, plusieurs documents ont déjà été publiés pour prévenir les morsures de queue, et ainsi faciliter le chemin vers le respect de la réglementation.

Malgré la pression législative croissante, les éleveurs de porcs éprouvent de grandes difficultés à mettre en œuvre ces mesures. Les raisons pour lesquelles la grande majorité des élevages pratiquent la coupe de la queue sont diverses, mais la plupart convergent vers un point commun : la peur de prendre des risques importants qui provoqueraient des épisodes de cannibalisme. Le premier risque est lié à la nature de ce problème comportemental : la morsure de la queue ou cannibalisme est un problème multifactoriel, souvent sporadique et difficilement prévisible. Le deuxième risque est lié à la surveillance des animaux : arrêter de couper les queues implique d'avoir une très bonne gestion et d’investir plus de temps dans l'observation et la surveillance des animaux. Le troisième risque est lié aux coûts financiers impliqués dans la prévention des risques de cannibalisme.

Le manque d’expériences positives d’élevages qui ne pratiquent pas la coupe de la queue rend les éleveurs, les techniciens et les vétérinaires sceptiques quant à la mise en œuvre de ces mesures en élevages commerciaux.

Nous pensons que l’échange et les rapports de suivis d’élevages qui ont pris la décision de d’arrêter la coupe de la queue en routine pourrait être une source d’inspiration pour d’autres éleveurs. Nous décrivons l'expérience d’élevages commerciaux qui ont pris la décision d’arrêter la coupe de la queue en suivant différentes sections :

 

  • Quel a été la fréquence de cannibalisme après l’arrêt de la coupe de la queue ?
  • Avant tout arrêt de la coupe de la queue : réduire les facteurs de risque chroniques
  • Matériel manipulable : un coût important.
  • Le facteur nouveauté : un élément clé pour prévenir les morsures de queue
  • Anticiper un épisode de cannibalisme : être observateur et identifier les changements de comportement.

Projet financé par l'opération 01.02.01 de Transfert Technologique du Programme de Développement Rural de Catalogne 2014-2020