Fermes pilotes

Des alpagas qui protègent les poules chez Mas Castanyer

 

Mas Castanyer (www.mascastanyer.cat), une ferme bio de 1300 poules et située dans le Parc Naturel de la Zone Volcanique de la Garrotxa, a décidé de lutter contre les attaques constantes des prédateurs sur leurs poules avec une méthode innovante : deux jeunes alpagas mâles protègent les poules lorsqu'elles sortent à l'exterieur.

Le projet européen Hennovation a conduit à la création de cette innovation (www.hennovation.eu). Ecogarrotxa et AlpacaTrax ont également collaboré au bon déroulement de ce projet.   

Les poules pondeuses élevées en liberté sont de plus en plus populaires. Cependant, les producteurs signalent des niveaux élevés de mortalité des poules qui sont totalement insoutenables. Par exemple, certains éleveurs rapportent des taux de mortalité de 30% chez les poules en liberté. Les éleveurs soulignent la prédation comme l'une des principales causes mort. Au-delà des effets directs des attaques, les poules semblent plus tendues et agitées après une attaque et hésitent à sortir du poulailler pendant plusieurs jours après l'attaque. De plus, les éleveurs indiquent une relation possible entre l'incidence du picage et la fréquence des attaques. L'enrichissement de l'espace extérieur avec des arbres et d'autres types d'abris (naturels ou artificiels) réduit le risque d'attaque par les prédateurs. Cependant, les poules qui sortent de la zone protégée sont facilement attaquées par les prédateurs. D'autres stratégies pour prévenir les attaques de prédateurs ont été envisagées, telles que l'inclusion de coqs, d'oies, ou de chiens de protection. Cependant, ces stratégies ont leurs limitations et ne pouvaient pas être envisagées chez Mas Castanyer.

 

Les alpagas sont territoriaux, les mâles défendant les femelles sur leurs territoires. Ils établissent un lien très fort avec les animaux avec qu'ils cohabitent et n’hésitent pas à les défendre en cas d’attaque.

Nous recommandons l’introduction de jeunes alpagas mâles (entre 1 et 3 ans) qui ont été correctement sociabilisés avec les personnes et socialisés avec les volailles. Les alpagas sont des animaux très sociables et ont besoin de vivre avec des congénères. Toujours introduire au moins deux alpagas.

Les alpagas n'ont pas besoin d’éducation préalable pour protéger les autres animaux avec lesquels ils partagent le territoire. Cependant, l'arrivée des alpagas dans une nouvelle ferme est une période stressante et il faudra compter une période d'adaptation d'environ 3 semaines pour qu'ils puissent prendre leurs repères, perdre la peur et se sentir plus en sécurité dans leur nouvel environnement et ainsi proteger correctement.

L'interaction quotidienne positive et amicale entre l'éleveur et les alpagas est essentielle : assurer de la nourriture de qualité, caresser les alpagas doucement et s’assurer qu’ils n'ont pas de problèmes de santé. Une fois par semaine, les alpagas doivent être manipulés avec un licol pour s'y habituer. Cela permettra à l'éleveur de manipuler facilement les animaux si nécessaire (par exemple pour appliquer un traitement ou pour déplacer les alpagas d'un enclos à un autre).

Un alpaga mâle peut coûter entre 500 et 700 euros / animal, mais cela peut varier en fonction de la qualité de la fibre et du pays.

Il est indispensable d’avoir un petit espace couvert et confortable pour que les alpagas se protègent du froid mais surtout de la chaleur. De l'eau propre et fraîche et du fourrage doivent être fournis à volonté.

Il y a généralement peu de coûts associés aux soins de l'alpaga : un régime à base de fourrage de qualité, des suppléments de minéraux et de vitamines, soins des pieds, vaccinations annuelles et le déparasitage. Cependant, gardez à l'esprit que les alpagas doivent être tondus une fois par an. Selon le pays, un professionnel de la tonte d’alpaga et bien équipé peut-être difficile à trouver. Sans un bon professionnel, la tonte peut vraiment devenir un cauchemar pour tous.